Trek dans le canyon de Colca

Qui a dit qu’on avait envie d’en profiter jusqu’au dernier moment ? Evidemment, c’est un peu étrange de se dire qu’il ne reste qu’une semaine de voyage après plus de 10 mois de périple, mais cela n’empêche pas de vouloir en profiter jusqu’à la dernière goutte. Nous savions que nous avions peu de temps au Pérou, que nous n’aurions pas le temps d’aller dans la cordillère blanche, ni dans la jungle, ni à Chanchan dans le nord, mais Arequipa et le canyon de Colca étaient sur notre route pour Lima, et étaient parmi les incontournables du Pérou. Nous voici donc inscrits pour deux jours d’aventure dans le canyon de Colca.

· DESCENTE DANS LE 2ème PLUS PROFOND CANYON DU MONDE

Encore un réveil matinal (2h30) pour un départ à 3h du matin, et bien sûr une fin de nuit dans le minibus qui nous emmène vers le canyon de Colca. Il semble qu’au Pérou se lever au milieu de la nuit soit de mise et que nous ayons ainsi particulièrement développé notre capacité à dormir dans les minibus quel que soit l’état de la route et la façon de conduire du chauffeur.

Après un petit-déjeuner très succinct à Chivay, nous découvrons enfin le second canyon le plus profond au monde, le canyon de Colca, battu de 150m par son voisin le canyon de Cotahuasi, et deux fois plus profond que le Grand Canyon du Colorado ! On ne plaisante pas avec la taille au Pérou : tout est immense.

« Mais Jamy, comment s’est formé ce canyon ? » C’est plutôt simple à comprendre quand on regarde la région autour, formée essentiellement de volcans. Ici le Rio Colca a tout simplement creusé les roches volcaniques déposées il y a moins de 100 millions d’années (très jeunes à l’échelle de la planète) le long d’une immense faille de la croûte terrestre. Et cela nous donne un paysage vraiment impressionnant, comme si la terre s’était effectivement coupée en deux, laissant apercevoir tout au fond un petit Rio, et offrant un terrain de jeu spectaculaire aux condors qui profitent des courants ascendants pour planer tranquillement.

Etant un peu moins agiles que les condors, c’est avec nos pieds que nous avons entamé la descente au cœur du canyon. 2h et 1000m de dénivelé négatif plus tard, nous voilà rendus à San Juan de Chuccho, tout en ayant bien apprivoisé la splendeur du paysage environnant, sous les rayons du soleil particulièrement mordants. Ah ben oui, on se plaint quand il pleut, et on se plaint quand il y a du soleil. Ah ces Français ! On reconnaît que la pause déjeuner était très sympathique dans ce petit village de Cosñirhua. Enfin 1h30 de marche digestive nous attendait pour finaliser cette journée avant de rejoindre la sublime oasis de Sangalle à 2180m, où, après l’aridité et la chaleur du haut du canyon, nous avons découvert un paysage particulièrement verdoyant autour du Rio Colca, avec quelques cascades, de l’ombre et de la fraîcheur. Mathieu ne s’est évidemment pas fait prier pour faire un petit plouf avant de rejoindre le groupe pour un « happy hour » et un « shit head » improvisé. Très sympa mais pas tout à fait la même saveur qu’avec la « sticky family ».

· 1200m d’ascension au petit matin

Est-il vraiment nécessaire de dire que nous avons encore fait un réveil matinal à 4h30 pour un départ lampe au front à l’assaut du canyon. Toujours bon de se rappeler d’un vieux dicton de randonneur : « quand tu es descendu, à un moment, il va falloir remonter !». Et la montée, c’était là, à 5h du matin dans la nuit noire pour profiter au maximum de la fraîcheur du matin pour l’ascension.

Si un jour, des gens lisent ce blog dans l’optique de faire le trek de 2 jours dans le canyon de Colca, il est important de savoir que cette ascension est courte mais vraiment rude et qu’il est vraiment important d’avoir de l’eau et des sources d’énergie : fruits secs, barres de céréales… car c’est le ventre vide que se fait l’ascension. Pour notre part, l’entraînement des 10 mois a plutôt payé et Mathieu a géré le coup de pompe de Charlotte au bout de 2 heures en la gavant de sucre, mais certaines personnes n’étaient pas vraiment préparées pour l’effort et surtout les agences ne les avaient pas averties de ce qui les attendait. Ceci dit, c’est un effort court entre 2h et 3h selon la rapidité et on a ensuite toute la journée pour se requinquer. Et si vraiment on n’en peut plus, dès 7h, les mules commencent à circuler et pour la modique somme de 30 ou 40 pesos, on peut finir l’ascension à dos de mules.

Ultime conseil : si vous avez le temps (ce qui n’était pas notre cas) et l’expérience, nous recommandons vraiment de faire la randonnée de manière indépendante, en allant dormir à Cabanaconde et en prenant des cartes topographiques sur place ; cela évitera la surpopulation que l’on trouve malheureusement dans le canyon. Tout le circuit peut aussi se faire à la journée, mais cela devient une grosse rando, qui se termine par 1200m de montée, bref, à moins d’être pressé, on ne conseille pas !

En ce qui nous concerne, nous avons à nouveau repris des forces dans les derniers thermes de notre périple, avant d’aller admirer à 4900m les nombreux volcans de la zone et de rentrer en fin de journée à Arequipa, après une halte dans la Réserve Nationale de Salinas et Aguada Blanca pour observer quelques lamas et vigognes… On ne s’en lasse pas !

Une réflexion sur “Trek dans le canyon de Colca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s