Lima, et puis s’en va

Notre arrivée à Lima signalait vraiment l’aboutissement de notre tour du monde et l’imminence du départ. Plus moyen de se voiler la face, ou de se distraire l’esprit dans un dernier trek. C’est donc après 16h de trajet dans un bus extrêmement confortable (merci Cruz del Sur) que nous sommes arrivés à Lima, ce lieu qui nous semblait tellement virtuel quand nous avions booké nos billets 1 an plutôt, en demandant un retour le 8 juin de Lima… Nous avions ce sentiment un peu étrange avant de partir que nous n’arriverions peut-être pas au bout de ce tour du monde, mais là on y était.

Malgré notre hyperactivité habituelle, nous n’avions pas d’envies boulimiques de découvertes de la ville, mais plutôt de savourer ces derniers instants, et d’enfin prendre un peu de temps pour commencer une ébauche de bilan. Et quoi de mieux qu’un bon repas pour le faire !

· CEVICHERIA PUNTO AZUL

Pas question de quitter le Pérou sans déguster un authentique ceviche. Nous avons donc choisi un restaurant réputé pour ses ceviches, Punto Azul, dans le quartier « branché » où nous logions et que nous recommandons vivement, Miraflores. La queue dans la rue, majoritairement constituée de Péruviens, nous semblait très prometteuse sur la qualité de la nourriture. Après une attente qui nous avait bien ouvert l’appétit, « Mateo » a enfin été appelé et nous nous sommes rués sur notre table et les menus, avant de commander un ceviche « classico » pour Charlotte et « de la casa » pour Mathieu. Nous ont alors été servies d’énormes assiettes ou plutôt « saladiers » remplis de gros cubes de poissons ultra frais, marinés dans une sauce à se damner, accompagnés de choclo et de patates douces. Pas de doute, la queue et l’affluence s’expliquent ! Un vrai régal pour les papilles, et le tout à prix raisonnable !

Nous avons ensuite fait une petite balade digestive pour découvrir le quartier de Miraflores, le bord de mer et prendre un peu l’ambiance du quartier, avant de choisir le restaurant pour notre dernier dîner du tour du monde. Tout commençait à avoir un air de fin. Et le mot « dernier » s’associait à de plus en plus de mots : « dernier ceviche », « dernier bus », « dernière nuit à l’hôtel »… Nous avions choisi le lieu de notre « dernier » dîner mais avant cela, nous sommes partis visiter une curiosité de Lima, le parc des « eaux magiques », où pour une modique somme, on peut aller admirer de nuit de superbes fontaines aux formes plus créatives les unes que les autres, accompagnées par un spectacle son et lumières. Muy romantico !

Nous avions gardé quelques heures le lendemain matin pour faire quand même connaissance avec le vieux centre de Lima, car on ne se refait pas et quitte à être là, autant aller jusqu’au bout. Mais c’est la tête déjà un peu dans le retour que nous avons fini d’user nos semelles dans cette Amérique du Sud que nous avons tant aimée.

· amaZ, AMAZING FOOD

amaZ est donc le nom du restaurant choisi pour notre « dernier » dîner du voyage. amaZ pour Amazonia, mais pour nous, ce sera amaZ pour Amazing Food. C’est finalement le seul restaurant gastronomique où nous serons allés pendant notre tour du monde, plutôt parsemé de boui-boui, de restaurants locaux, de pique-nique ou de repas faits « maison », et si l’on excepte les quelques très bons restaurants dont nous avons profité lorsque nos familles étaient passées nous voir.

Bref, nous étions donc dans un restaurant gastronomique de Lima, pour notre dernier dîner, en tenue de rando… Ah ben oui, nous n’avions pas gardé dans nos « mochilas » (terme espagnol pour le sac à dos) smoking et talons aiguilles. C’est donc avec nos pantalons de rando et nos chaussures de marche que nous avons débarqué, pas complètement à l’aise, chez Amaz. Alors on ne sait pas si c’est partout comme ça au Pérou, mais autant dire que ce n’était pas un sujet dans ce restaurant. Une superbe table nous attendait dans une ambiance lounge-jungle (thème amazonien oblige) très romantique. Nous avons opté pour le menu dégustation car quitte à craquer, autant le faire bien. Et nous avons achevé de réjouir notre serveur en commandant une bouteille de vin argentin pour arroser notre repas. Charlotte a ensuite annoncé son intolérance au lactose qui a été prise non seulement avec le sourire mais tout de suite prise en main par notre serveur, qui a énuméré rapidement l’ensemble des mets qui ne posaient pas de problème et ceux qui seraient légèrement modifiés pour convenir. Quel service !

L’idée d’amaZ, c’est de promouvoir l’incroyable diversité de l’Amazonie, en cuisinant des ingrédients de cette partie du monde et en faisant découvrir des goûts parfois oubliés, même pour les Péruviens. Pour une fois, on se fera donc plaisir à détailler notre menu.

En entrée :

  • Los maduros de Doña Eli : bananes mûres grillées et assaisonnées
  • Empanadas de yuca veggie : empanadas aux légumes, faites avec de la farine de châtaignes et de manioc
  • Ceviche amaZ : ceviche réinterprété à la mode amazonienne, avec bananes et piment
  • Pacamoto de camarones tarapotinos : ceviche de crevettes cuites dans un bambou à la braise, avec orange, tomate et « cocona » (herbe aromatique)

Plats :

  • Patarashca : poisson enveloppé dans une feuille de bijao, con aderezo de palillo, piment doux et sachaculantro, cuit au barbecue
  • Saltado de mariscos con palillo y leche de coco : wok de fruits de mer et légumes avec sauce au palillo, lait de coco et dendé
  • Lomo saltado Amaz : lomo sauté avec poitrine de porc, piment doux, et bananes mûres
  • Arroz con chorizos y ucayalinos : riz sauté avec du chorizo, des légumes et des ucayalino

Desserts :

Il faut savoir que les desserts sont souvent frustrants pour les intolérants au lactose puisque peu de chefs renoncent au beurre, au lait ou à la crème pour confectionner leurs pâtisseries. Et les desserts se résument donc souvent à une salade de fruits ou à quelques sorbets, pour peu qu’ils soient vraiment faits sans lait, ce qui est peu souvent le cas en Espagne par exemple. Nous sommes donc particulièrement reconnaissants au chef de l’amaZ pour avoir effectué spécialement pour Charlotte un brownie au chocolat sans lactose. Une magnifique preuve de créativité, d’empathie et de volonté de satisfaire le client ! Quel talent !

  • Brownie de chocolat sans lactose, accompagné de son sorbet
  • Palettes de sorbets aux fruits d’Amazonie

Et pour accompagner tout ça, qui mieux qu’un Argentin pouvait le faire, le délicieux Kauzo… et la sérénité de rentrer en taxi qui nous a permis d’en profiter pleinement tous les deux !

C’est donc un vrai kiff que nous avons eu en cette soirée du 7 juin, plongés dans les découvertes amazoniennes. Il faut préciser qu’au début du voyage, nous nous étions dit que nous nous ferions plaisir régulièrement soit avec un hôtel ou un restaurant, et finalement pris dans l’excitation de respecter notre budget, mais aussi par l’habitude de manger bien et très simplement, nous avions suivi notre routine alimentaire et hôtelière de backpackers. Difficile donc de décrire avec des mots le plaisir de nos papilles. Nous avons savouré chaque plat et découvert de nouveaux goûts et de nouvelles associations. Nous avons pris le temps de goûter, mais aussi de revisiter notre voyage de plus de 10 mois, de partager quelques souvenirs, quelques tops et flops de notre périple et de fêter avec trois jours d’avance nos dix ans ensemble. Le nom de notre blog avait vu le jour 11 mois plutôt dans un autre restaurant gastronomique de la banlieue toulousaine, c’était donc une clôture parfaite à ce tour du monde de 313 jours, 16 pays, et 36 vols !

Une réflexion sur “Lima, et puis s’en va

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s