Tranches de vie – Chili

Forcément quelques tranches de vie, et en même temps les quelques mois de voyages que nous commençons à avoir dans les jambes font que certaines choses sont rentrées dans notre quotidien… Nous remarquons que les chiens errants font partie de notre vie depuis bientôt 10 mois par exemple, et cela ne constitue plus vraiment un point d’étonnement ! Alors merci à Jean-Mi et Annie qui ont amené un regard « frais » sur le voyage et comme on n’a pas du tout envie de se « blaser », nous avons bien sûr trouvé quelques savoureuses tranches de vie.

· LA GENTILLESSE CHILIENNE

La première chose qui nous vient après presqu’un mois au Chili, c’est la gentillesse chilienne. Quelle que soit la région, nous avons rencontré des gens serviables, souriants, aidants, prêts à échanger quelques mots et à donner un conseil. Certains diront que le fait que Charlotte parle espagnol y a largement contribué. D’autres que cela ne change absolument rien à la nature sympathique des chiliens. En tous le fait de prendre les devants et d’entamer la discussion, sort les chiliens d’une certaine réserve ou timidité et la plupart sont ravis d’échanger avec des gringos.

· LA BUENA COMIDA Y EL VINO

Soyons honnêtes, on le doit quand même beaucoup aux parents. Effectivement on est un peu sorti de notre routine « économique » pour se permettre quelques très agréables tables ou quelques très bonnes courses qui font plaisir. Nous nous sommes régalés de viande ou de poisson selon les régions, avec une mention particulière pour le bœuf (excellent) dégusté en parillada ou cuit par nos soins, pour la reinata à Santiago comme à Punta Arenas, pour le ceviche à Santiago, et un peu partout pour les incontournables empanadas, pour le dulce de leche, pour les multiples succulentes pommes et bien sûr les excellents vins chiliens.

Pour en savoir un peu plus, rendez-vous sur Minute Culinaire.

· MARCHES REGIONAUX POUR VIVRE LOCAL

Comme dans tous les pays, les marchés sont les lieux parfaits pour ressentir l’ambiance d’un pays, voir les habitants faire leurs courses et voir ainsi leurs habitudes de consommation (petite déformation professionnelle), mais aussi découvrir les mets et ingrédients locaux. Alors, on a fait les marchés… un peu partout ! Le plus surprenant est peut-être le mercado central de Santiago, mais la palme du plus sympa revient à celui d’Ancud à Chiloe grâce à cet homme charmant qui a eu envie de nous faire découvrir plein de produits locaux. Et nous quand on nous donne à manger, on craque !

A retenir aussi : ce sont souvent des lieux parfaits pour déguster une cuisine typique et fraîche à un coût plutôt économique. Du moment qu’on choisit les coins les plus fréquentés, peu de risque pour l’estomac !

· MONNAIES LOCALES : LOST IN CONVERSION

Bon, nous n’avons jamais abordé ce sujet jusqu’à présent, mais après plus de 13 pays avec bien entendu des monnaies différentes et des taux de change qui fluctuent, on peut le dire, les premiers jours dans un pays sont vraiment « lost in conversion », le temps de trouver les repères, c’est-à-dire le prix d’un repas sur le pouce, le prix d’une bouteille d’eau, combien coûte environ une nuit… Bref, l’arrivée au Chili était plutôt sur le mode détendu, une sorte d’habitude s’étant mise en place et arrivant pour notre part de l’île de Pâques (elle aussi chilienne), mais nous avons eu tout de même quelques anecdotes croustillantes que nous vous livrons.

Le paiement en monnaie étrangère (US $) permet d’éviter la TVA (20%) pour les hôtels, ce qui est loin d’être négligeable, surtout vu les prix des logements en Patagonie, donc outre quelques dollars qu’il nous restait, nous sommes allés dans des « casa de cambio » (maisons de change) pour nous armer de dollars américains avant de quitter Santiago. Pour un change de l’euro vers le dollar, c’est simple, il suffit de savoir que 700 pesos ch = 1 dollars et que 1 euro = 720 pesos, donc avec 100 euros, j’obtiens ??? Et encore, chaque maison de change à son taux (bien plus avantageux à Santiago que dans les villes reculées d’ailleurs) et l’arrivée des élections française a mis un bon bordel dans tout ça, fortement favorable pour nous, mais qui nous a fait perdre nos repères !

Ensuite, nous avons voulu à nouveau échanger des euros en dollars en Patagonie, mais outre le taux, la problématique a été différente : l’état des billets, « non monsieur, ceux-ci sont trop froissés », « on ne peut les prendre, celui-ci a une tâche »… Bref, Jean-Michel qui était venu avec des billets dans une ceinture à zip a dû, tel un fossoyeur faire sécher des billets après une randonnée un peu humide, et les étaler par terre pour les aplanir ensuite !

P1030219

· LES CHIENS ERRANTS

Après 10 mois de voyage, il nous vient une question : « mais pourquoi n’y-a-t-il pas de chiens errants en France ? »

Franchement, il faudrait quand même y travailler un peu. Laisser quelques chiens errer, les laisser se reproduire, les nourrir, ne pas les amener à la SPA, arrêter de les stériliser bien sûr, et ainsi on pourrait un peu flipper en allant se promener dans la campagne, se tenir aux aguets quand on entend un aboiement, accélérer quand on passe en scooter pour ne pas se faire croquer les mollets, se demander si ce chien qui aboie, bave parce qu’il a la rage ou juste parce qu’il a faim, et on pourrait aussi tester le niveau de contagion de la gale sur l’humain. Mais on pourrait enfin ne plus jamais se sentir seul en allant faire une petite promenade !

Vous l’aurez compris, on en est arrivé à une conclusion puissante : « trop de chiens, trop de chiens !»

· LES DOUCHES FROIDES

Il semblerait qu’Annie se soit lancée un petit défi en arrivant. On n’a pas su si elle a vraiment voulu concurrencer nos douches de « warrior » pendant notre roadtrip en Tasmanie, mais le fait est qu’elle a pris quelques douches froides. Alors il est vrai que les douches sont un peu capricieuses au Chili et qu’il faut savoir leur murmurer à l’oreille, mais on vous rassure de notre côté, à part une exception, toutes les douches furent bien chaudes et très agréables !

 

4 réflexions sur “Tranches de vie – Chili

  1. Dites, le « lost in conversion » vous nous l’avez piqué celui-là ! Si vous voulez éviter une plainte pour plagiat, vous seriez bien avisés de nous payer un coup pour les retrouvailles 😊😊🍷🍷que les vaya bien !

    J'aime

  2. Haha pour être allée au Sri Lanka où il y a aussi énormément de chiens errants, c’est clair que parfois tu flippes un peu (« il est malade ou il est content celui là ? Ouhla ! Il est malade… ») ! Merci pour cet article qui permet de voyager un peu et de planifier les prochains périples 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s