Hissez haut, Santiago!

Santiago était une escale très particulière pour nous puisque c’était le lieu de retrouvailles avec les parents de Mathieu que nous n’avions pas vus depuis plus de huit mois. C’est donc surexcités que nous nous sommes rendus tôt le matin à l’aéroport de Santiago pour leur réserver un accueil digne de ce nom.

Malgré le décalage horaire, nous étions tous d’accord pour profiter de la journée ce qui est d’ailleurs le mieux à faire dans ce sens pour se recaler. Après un rapide passage par l’auberge de jeunesse, nous sommes donc partis en famille à la découverte de Santiago !

· CENTRO : AU CŒUR DE LA VILLE

Pas de ville espagnole sans sa plaza, pas de ville chilienne sans sa plaza de armas. Véritable cœur de la ville, un gibet était dressé en son centre à l’époque coloniale, muy sympatico ! De nos jours, il a été remplacé par une jolie fontaine du libérateur Simon Bolivar, elle-même entourée de palmiers du Chili, ce qui lui donne un air tropical très agréable. Pour autant, Santiago n’a rien de tropical. La ville est entourée par la cordillère de toute part, et ce sont plutôt les sommets enneigés que l’on aperçoit à l’horizon.

Nous avons déambulé dans le centro donc, entre quelques rues piétonnes très agréables, rues plus actives notamment dans la zone des casas de cambio où en tant que touristes nous avons passé un certain temps à la recherche du meilleur taux de change, le palais de la Moneda, siège de la présidence, qui fut bombardé lors du coup d’état de 1973 mené par Gustavo Pinochet et où mourut (ou se suicida selon la communication officielle) Salvador Allende, et bien sûr le Mercado Central. Valeur sûre pour déjeuner à petit prix, entourés de Chiliens, et avec des produits locaux particulièrement frais, directement achetés dans les étals de poisson ou de fruits et légumes avoisinants.

· BARRIO BELLAVISTA ET LASTARRIA

Effectivement nous avions choisi une auberge de jeunesse pour notre 1ère nuit en famille à Santiago, mais juste à côté du quartier le plus branché, le barrio Lastarria, à deux pas du Centro. Quelques rues où bars et restaurants tendance côtoient des immeubles modernes de bureaux. Pour notre part, on a été très agréablement surpris par les espaces verts de Santiago que nous avons traversés pour nous rendre dans le quartier « coup de cœur », le barrio Bellavista. En journée, c’est un quartier relativement tranquille où il fait bon flâner et regarder les nombreuses fresques murales qui s’étendent sur les bâtiments. A la tombée de la nuit, le barrio se transforme en un quartier ultra-tendance où se côtoient des restaurants plutôt haut de gamme, tendance lounge, et des sortes de grands hangars pour étudiants où les happy hours font fureurs entre pinte de bières et pisco sour et où la soirée s’accompagne de salsa, cumbia ou samba. Ici les rabatteurs brésiliens et colombiens ne lâchent rien et nous invitent avec sourire et enthousiasme à venir faire la fête. Ce ne sera pas pour cette fois-ci, on en restera sagement au dîner mais on a adoré l’ambiance !

· LES CERROS : SAN CRISTOBAL ET SANTA LUCIA

La traversée du barrio Bellavista pour les touristes a plutôt comme objectif habituel le cerro San Cristobal, que l’on peut gravir pour admirer un point de vue sur la ville. Outre la cordillère qui l’entoure, Santiago a aussi en son centre quelques cerros comme San Cristobal ou Santa Lucia qui permettent de prendre de la hauteur et de venir s’oxygéner, dans cette ville supposée être la troisième plus polluée d’Amérique Latine.

Pour notre part, nous avons profité du soleil pour gravir le cerro et profiter de la vue à 360° vraiment spectaculaire. Nous avons pris l’option « à pied » qui s’achève par un chemin de croix très original qui mène au pied de la vierge qui domine Santiago. Musique d’ambiance, bougies et cierges accompagnent les discussions des nombreux promeneurs venus prendre une bouffée d’oxygène en haut du cerro. Petit instant échanges et contemplation sous le soleil. Que bueno !

· SUR LES TRACES DE NERUDA A LA CHASCONA

Impossible de venir au Chili sans entendre parler de Pablo Neruda, ni de Sepulveda d’ailleurs. En l’occurrence, l’ancienne demeure de Pablo Neruda se tient au pied du cerro San Cristobal. Nous y avons découvert la vie de ce poète engagé, qui avait beaucoup voyagé par passion et par obligation (il a été ambassadeur du Chili dans différents pays), et qui adorait collectionner différentes trouvailles de ces voyages ou des œuvres d’art d’artistes devenus souvent des amis.

La Chascona, nom de la maison de Santiago, vient du surnom qu’il donnait à sa troisième femme Mathilde, « la décoiffée ».  Cette maison ou plutôt un ensemble de trois bâtiments pourrait faire penser aux petites maisons de pêcheurs qu’un certain Salvador Dali avait réaménagé en un grand ensemble à Port de la Selva. Nous avons beaucoup aimé cette visite, à faire absolument avec l’audioguide, où l’on découvre un peu plus l’intimité du poète. On y sent justement un mélange de convivialité, d’intimité et bien sûr d’art, vraiment omniprésent au travers des différentes collections. On perçoit aussi l’importance pour Pablo Neruda de la nature, que ce soit dans le patio intérieur ou par la vue qu’il avait sur les Cordillères.

Le salon où eut lieu sa veillée funèbre a une dimension particulière. On peut imaginer Mathilde et ses amis le veiller, dans une maison mise à sac par les pouchistes, une dizaine de jour à peine après le coup d’état. Certains diront que ce coup d’état a accéléré la fin de ce fervent défenseur de la démocratie, qui était tout de même atteint d’un cancer et dont la santé était très amoindrie.

En tout cas, après un petit exil, Mathilde a eu le courage de remettre en état La Chascona et d’en faire une fondation, ce qui permet désormais à tous de profiter de cet incroyable endroit et d’avoir accès à l’héritage qu’a voulu laisser Pablo Neruda. Muchas gracias !

Nombreux sont ceux qui conseillent de passer un minimum de temps à Santiago. Certes il n’y a pas tant de choses à visiter que dans la plupart des capitales, mais déambuler dans les nombreux parcs, se laisser séduire par l’ambiance des marchés de produits frais et des quartiers de la Bellavista, sans parler de la feria artisanale de Santa Lucia a été un moment particulièrement agréable pour nous à notre arrivée avant de partir pour la Patagonie et en transit ensuite entre la région des lacs et le désert d’Atacama !

3 réflexions sur “Hissez haut, Santiago!

  1. Xaumier

    Bonjour à tous les 2,
    Je suis régulièrement votre voyage en vous lisant à chaque fois avec plaisir. Jusqu’à présent je n’avais pas osé vous laisser de commentaire mais la perspective d’un voyage en famille au Chili pour février 2018 m’a donné l’envie de le faire. Continuez à nous faire rêver et surtout profitez de ces moments de découvertes de ce monde merveilleux.
    Je vous embrasse et tout particulièrement Charlotte,
    Patrice, Toulouse, ancien babysitter…

    Aimé par 1 personne

    1. N’hésite pas pour les commentaires, ça nous fait toujours plaisir et ça nous motive. Si tu as des questions pour l’orge de votre voyage au Chili, n’hésite pas on ne peut que approuver cette destination! Grosses bises.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s