Tranches de vie – Maori

· COMMENT VIVRE L’IMMENSITE A DEUX PENDANT 1 MOIS DANS 5M?

Quand on s’imaginait traverser la Nouvelle-Zélande il y a quelques années, on imaginait le faire dans un camping-car digne de ce nom avec un lit fixe, un coin cuisine, une douche et toilette, bon, c’est faisable, mais certainement pas pour notre budget de tour-du-mondiste, il faut compter pour ce doux rêve environ 7000$, soit un peu plus de 5000€ pour un mois (juste pour la location du véhicule). C’est donc une version plus light, une sorte de camionnette au toit surélevé permettant de tenir debout à l’arrière qui a été élue pour nous accompagner dans ce périple. Aucun espace n’est perdu, sous chaque banquette, il y a des coffres pour ranger une partie des affaires, des placards pour les stocks de nourriture et les ustensiles de vaisselle, les banquettes se transforment en un grand lit pour dormir et de nombreux rituels s’offrent alors au « campeur » pour passer du mode jour au mode nuit, pour faire la vaisselle dans un évier légèrement plus petit qu’une poêle avec un robinet avec pompe à main.

Le bon côté est que l’on a tout à portée de main, et que l’on peut avoir une utilisation qui permet de tout faire (si, avec le double gaz, le mini frigo et l’évier, il est vraiment facile de se faire de bon petits plats !)

La difficulté est simplement fonction de la météo, s’il fait beau on peut facilement dresser une table extérieure avec des chaises de camping top confort et avoir l’immensité pour soi, mais quand il pleut ou qu’il fait frais avec beaucoup de vent, on se retrouve littéralement à « vivre » dans 5m2. Cela peut faire réfléchir sur la taille de nos intérieurs dans nos chez-nous et l’utilité de l’intégralité de l’espace… Enfin, pour notre part, avoir de grandes pièces à vivre c’est 100% validé !

· RETROUVAILLES A L’AUTRE BOUT DU MONDE

Après un loupé au Vietnam où nous sommes allés pour revoir Marielle, David (son copain) et Gaspard (leur fils né il y a peu), nous avons finalement réussi à nous donner rendez-vous sur l’île du sud en NZ. Nous avons eu le plaisir de rencontrer David et Gaspard et de passer tous les 5 une journée et demi dans le fabuleux décors d’Arthur Pass, qui a servi à de nombreuses scènes du Seigneur des Anneaux. Au programme, apéros, rando, repas et jeux de société, un super moment tous ensemble avec les plus belles nuits étoilées de notre séjour en NZ. Ravis de vous avoir vu/rencontré les amis !

· LE RESEAU VENDEEN EN NOUVELLE-ZELANDE

Le jour de notre arrivée en Nouvelle-Zélande, notre amie vendéenne, que certains connaissent sous le nom de Doudou, venait de lire nos articles d’Australie et nous informait qu’elle avait pensé a posteriori qu’elle connaissait quelqu’un qui aurait pu nous aider. Après quelques échanges improbables, elle s’est rappelé que cette fameuse Laetitia n’était plus en Australie mais à Auckland et que nous devions donc absolument la contacter.

Nous voici donc en contact avec l’inconnue Laetitia dont les seuls liens étaient donc Doudou, et une nuit passée chez les parents de Laetitia lors d’une énorme fiesta comme les Vendéens savent faire pour les 30 ans de ladite Doudou. Comme nous ne passions à Auckland qu’à la fin de notre roadtrip, nous avons donc échangé avec Laetitia pendant quasiment 25 jours sans s’être jamais rencontrés.

Nous lui sommes infiniment reconnaissants de tous ses précieux conseils et bons plans qui nous ont permis de profiter à fond de la Nouvelle-Zélande avec quelques plans connus des locaux seulement, et aussi d’économiser ainsi un peu d’argent.

Nous avons enfin rencontré notre tour opératrice personnelle lors de notre arrivée à Auckland où nous nous sommes retrouvés sous des trombes d’eau, trempés jusqu’à la moelle. Mais cela ne nous a pas empêchés de déguster avec beaucoup de plaisir quelques bonnes bières locales et d’échanger à bâton rompu sur nos voyages respectifs. Quant à Julien qui est arrivé encore plus trempé que nous, il a suivi le même rituel avec essorage de chaussettes dans les toilettes du pub, avant de trinquer avec nous à quelques jours de leur déménagement. Bon emménagement et merci encore !

 

· LES ROUTES DE NZ PRENNENT PLUS DE TEMPS…

Il est assez fréquent sur l’île du sud de croiser un panneau expliquant que les routes de NZ sont différentes et qu’elles prennent plus de temps, mythe ou réalité ? On a testé, et effectivement, les routes de NZ prennent nettement plus de temps que les routes d’autres pays. Pourquoi ? Pas mal de réponses à apporter à cette question.

Tout d’abord parce que les paysages sont magnifiques et qu’il est particulièrement fréquent de s’arrêter à des « scenic points » points de vue pour admirer et immortaliser le paysage. Ensuite, car la topographie de la NZ est particulièrement montagneuse, les infrastructures ont été pensées à l’essentiel, c’est-à-dire fonction de la fréquentation de celle-ci et avec les moyens financiers en conséquence. Il est donc particulièrement courant pour ne pas dire partout de passer sur des ponts à une seule voie avec la priorité qui semble toujours donnée à ceux qui viennent en face ;). Les autoroutes sont souvent à 2×1 voie sans bande d’arrêt d’urgence et limitées à 100 maximum, il est d’ailleurs, lorsque l’on sort des grands axes de l’île du nord très rare d’atteindre les 100. Pour peu que l’on soit sur une route de montagne (environ 80% des routes) il est courant de croiser un panneau jaune et noir conseillant le virage à 15, 20, 25 km/h, il s’agit d’un conseil avisé, 5 à 10km/h supplémentaires peuvent passer mais pas au-delà !

Peut-être sommes nous aussi tombés pendant une période qui correspondrait aux départs en vacances en France car il y avait des zones de travaux tous les 10 km dans certaines parties avec au mieux une limitation à 30, ou encore un feu de passage en alternance ou dans le pire des cas, une route barrée avec une déviation qui peut aller jusqu’à plus de 20km sur une route en gravier

Enfin, très rares sont les tunnels, le seul que nous ayons pris était pour accéder aux Fjords, avant Milford Sound avec une seule voie et un feu qui alterne la circulation avec une attente pouvant aller jusqu’à 15 minutes.

Notre plus belle anecdote est d’avoir voulu rejoindre Glenorchy depuis Milford Sound. La route de Milford Sound passe à seulement 20km à vol d’oiseau de Glenorchy, toutefois pour y arriver nous avons dû faire un petit tour d’à peine … 300 km, soit environ 5 heures de route !

Tout ça pour dire que les paysages de NZ se méritent mais que ceux-ci méritent vraiment qu’on prenne le temps de les parcourir !

Outre les paysages, notre attention a souvent été attirée par ces petites anecdotes qui jalonnent les routes : boîte à lettre créatives comme en Tasmanie, les panneaux en tous genre, passant pieds nus qui cherche la communion avec la terre et les barrières de propriétés décorées d’innombrables paires de chaussures ou soutiens gorges, pas de quoi s’ennuyer !

· JE PARLE ANGLAIS MAIS JE NE COMPRENDS RIEN

Après l’Australie, on commençait à prendre confiance dans notre anglais. On avait surmonté l’accent de l’outback et de la Tasmanie, on avait déjà côtoyé une kiwi pendant notre trip dans le désert, bref, on se sentait prêt. On savait que le son « è », devenait le son « i » en kiwi, mais quand on a attendu pour la 1ère fois une phrase du type : « at teen, you can go in your bid in the tint. It’s on the lift and no six before sex », et bien on a mis pas mal de temps pour comprendre mais on en rigole encore.

Cet accent kiwi nous a donc valu de grands moments de solitude, notamment au téléphone ou dans les stations-essence. On s’était fixé de faire répéter maximum 3 fois avant de capituler. A deux et avec 3 répétitions, en général, ça passait, mais pas toujours… Et quand le téléphone s’en mêle, au secours !  Leçons d’humilité ! Nous avons donc critiqué encore et encore le système scolaire français qui, en ce qui nous concerne, ne nous a pas vraiment préparés à pratiquer l’anglais. A le lire ou l’écrire, certes. Mais pas vraiment à le pratiquer, c’est-à-dire le parler et le comprendre. Ou en tout cas plutôt avec des british mais certainement pas avec des Américains, des Australiens, des Kiwis, des Irlandais ou des Sud-Africains… On entend déjà certains nous répondre : « mais de nos jours, il suffit de regarder les séries en anglais ». Et c’est vrai en grands cinéphiles que nous sommes, on est un peu flemmard côté V.O. Mais pour notre défense, la voix de Bruce Willis n’est vraiment pas virile en anglais ! Mais, un jour, on s’y mettra, c’est sûr. Mais pas tout de suite. Les seuls films qu’on voit en ce moment sont dans les avions, et c’est trop bien d’entendre un peu de français.

· LA NZ A TRAVERS SES PISCINES

Etant donné la météo capricieuse, la version douche froide en mode démerde sur un parking ou avec un jet d’eau comme en Australie n’a pas été possible tous les jours, ni tous les 2 jours d’ailleurs. Et ayant un budget à tenir, nous sommes revenus aux bons basiques des douches dans les piscines municipales. Pour environ 4€ par personne, cela permet tout de même une certaine hygiène. Charlotte a retrouvé quelques saveurs de son passé de nageuse. La palme de la meilleure piscine est attribuée à Invercargill avec sa piscine Splash palace !

5 réflexions sur “Tranches de vie – Maori

  1. Ping : La côte : de Christchurch au Sud du Sud – Mythe the World

  2. Ping : L’île du Nord : au coeur des volcans – Mythe the World

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s