La côte : de Christchurch au Sud du Sud

La Nouvelle Zélande, cette double île qui envoute à peu près 100% des gens qui la visitent était pour nous un incontournable de notre tour du monde, pour pouvoir y passer suffisamment de temps pour vivre un peu l’ambiance locale et découvrir toutes les splendeurs qu’elle a à offrir aux gens de passage comme à ses habitants. Quand on commence à se pencher sur comment parcourir au mieux les 2 îles pour minimiser les kilomètres tout en maximisant les visites, les routes offrant les meilleurs points de vue, cela peut devenir un challenge pour faire rentrer le tout en moins d’un mois. En effet, les distances ne sont pas si grandes que ça, mais il s’agit de routes néo-zélandaises… (voir art. Tranches de vie)

Nous sommes arrivés à l’aéroport à 5h du matin qui disposait d’une excellente connexion wi-fi illimitée et gratuite, véritable aubaine pour nous pour finaliser et mettre en ligne nos articles sur l’Australie (un peu de retard accumulé) tout en prenant un petit déjeuner après seulement quelques heures de sommeil dans l’avion.

10h, heure d’aller récupérer notre camper-van, de faire le check-in (sous la pluie), de charger nos affaires et de partir faire les courses alimentaires et assurer la logistique. Quelques déceptions avec le van, assez vieux et avec des éléments manquants (pas de moustiquaires sur les fenêtres arrières, lumière extérieure qui ne fonctionne pas et rangements de la porte du frigo inexistante), de petits détails mais qui ont leur importance au vue du prix de la location. Il faut compter pour un self-contained (comprendre réservoir pour les eaux grises et toilettes portatives que nous n’utilisons pas en Nouvelle-Zélande car il y a des toilettes partout, mais le statut self-contained permet de camper librement dans beaucoup plus d’endroits) entre 89$ et 139$ par jour selon que l’on se situe pendant ou en dehors de la haute saison, qui va de décembre à fin mars auquel il faut ensuite rajouter le coût de l’assurance autour de 400$ pour un mois et bien sûr le prix du carburant. La Nouvelle-Zélande coûte assez cher, mais c’est un pays vraiment fabuleux !

· DE CHRISTCHURCH A LA PENINSULE D’OTAGO

Le temps de faire les courses, de manger un morceau, d’organiser le chargement du van, nous voilà partis sous une pluie battante et décidons de zapper par conséquent la visite de Christchurch et de partir directement chercher le soleil vers le sud, direction la péninsule d’Otago. La douche en plein air n’étant pas d’actualité avec la pluie battante (ceci dit c’était une parfaite douche gratuite), nous décidons de faire une halte pour aller prendre une douche… à la piscine de Rolleston ! Autant dire que par un dimanche gris et pluvieux, les familles kiwis font comme les familles françaises, elles vont à la piscine. Petit bain dans la culture locale !

Après une nuit complète sous la pluie battante au free camp de la Winchester Bridge Reserve (entre gadoue et pêcheurs), notre second jour s’annonçait malheureusement à l’identique du premier, en terme de météo. Ne voulant pas nous laisser contraindre par le temps, nous avons tout de même fait une halte juste après Oamaru pour aller voir une curiosité géologique, les Moeraki Boulders, sorte de concrétions de roches totalement sphériques de près d’1m de diamètre. Ces roches ont commencé à se former il y a un peu de plus de 55 millions d’années quand des boues, des coquillages et des sédiments se sont déposés sur le fond de la mer et se sont agglomérées autour de cristaux jaunes de sédiments. La mer a ensuite érodé ces concrétions de manière sphériques au fil des années.

Nous avons ensuite repris la route jusqu’à la péninsule d’Otago, juste à côté de Dunedin. La ville de Dunedin en soi n’a que peu d’attrait. Mais cette péninsule adjacente à la ville a non seulement une forme superbe de par ses montagnes qui plongent littéralement dans la mer mais aussi par sa faune. C’est un lieu idéal pour observer des colonies de lions de mer (grosses otaries) et si l’on est chanceux de pingouins aux yeux jaunes (espèce de pingouin la plus rare au monde). Il est demandé aux promeneurs de respecter quelques consignes pour ne pas déranger les animaux dans leur milieu naturel, ne pas approcher les lions de mer à moins de 10m et à moins de 100m pour les pingouins. Etant donné notre chance avec la météo, nous étions un peu sceptiques avant d’entamer la balade sur la Sandfly Bay. Mais la nature nous avait encore réservé de belles surprises : magnifiques dunes de sable plongeant vers la mer où nous avons eu le plaisir de découvrir quelques lions de mer tranquillement alanguis et un de ces fameux pingouins aux yeux jaunes.

Réjouis de cette balade de fin de journée sans pluie, nous avons fini par trouver un emplacement idéal pour une nuitée en camping « sauvage » à l’abri d’un rocher avant de nous remettre en route vers le Sud.

· ECLAIRCIE SUR « THE » CATLINS

Au réveil, des nuages toujours bien présents, mais nous décidons tout de même d’emprunter la route panoramique pour longer la côte en direction du sud. Une bonne idée car ces satanés nuages ont fini par se disperser et nous ont permis d’apercevoir des premiers coins de ciel bleu en arrivant aux superbes sites de Kaka Point et Nugget Point. La côte découpée et fouettée par l’énorme houle du Pacifique peut sembler inhospitalière pour certains mais pas pour d’autres, puisque nous découvrons une nouvelle colonie de phoques en train de s’amuser dans les remous, au milieu d’immenses algues.

Le soleil ayant décidé de pointer le bout de son nez, le paysage prend soudain des allures différentes. Les collines jaunies par le début de l’automne se dorent sous le soleil et contrastent avec le vert des forêts et des prairies. Les moutons se sèchent la laine au soleil, enfin pour ceux qui n’ont pas encore été tondus. Et nous confirmons donc que ce n’est pas un mythe, la Nouvelle-Zélande est bien le pays du mouton… et des vaches ! Et ça nous donne une furieuse envie de côtelettes tout ça, il faudra penser à en mettre sur la liste de courses !

La route panoramique traverse ensuite le parc de Catlins Forest. Ce ne sera que le premier d’une longue succession tant l’ile du sud regorge de parc nationaux. La forêt devient dense et inextricable, de-ci de-là des cascades se laissent apercevoir, c’est le retour dans le bush mais en version plus verte et plus humide.

Nous prenons ensuite la direction de Curio Bay, toujours via la route panoramique pour un détour qui s’annonçait olé-olé au niveau de la route, ou plutôt de la piste mais que tous les guides recommandent. Et comme il fait enfin beau, nous avons vraiment envie d’en profiter à fond. A Curio Bay, ce sont les dauphins qui nous attendent. Un petit groupe en train de jouer dans les vagues à côté des surfeurs et de quelques baigneurs téméraires. Et ça va sûrement vous surprendre, mais non, nous ne nous sommes pas mis à l’eau !

Une nouvelle piste de graviers nous a ensuite conduits jusqu’à Slope Point, le point le plus au Sud de l’île du Sud. Nous n’avons jamais été aussi prêts de l’Antarctique ! Rien qu’à cette idée, Charlotte se cache dans sa goretex. Le paysage est magnifique, nous marchons sur des prairies verdoyantes à côté des moutons et des vaches, sur des falaises qui surplombent la mer. Un petit air d’Ecosse peut-être ? Nous achevons notre piste panoramique par Waipapa Point (Ouais Papa !), avec une promenade sur la plage au coucher du soleil pour aller voir… nos amis les lions de mer, et une colonie de cormorans que nous prenons de loin dans notre emballement pour un groupe de pingouins. Ce magnifique site nous donne envie de nous poser. Nous cherchons intensément les panneaux d’interdiction de camper, que nous ne trouvons pas, et décidons de passer la nuit, seuls à Waipapa. Le meilleur plan possible. Seuls au monde, des toilettes (car il y a des toilettes partout en Nouvelle-Zélande, et généralement propres), le coucher du soleil, une plage magnifique juste occupée par quelques animaux… Un petit goût de bonheur qui rebooste le moral.

Une réflexion sur “La côte : de Christchurch au Sud du Sud

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s