Tranches de vie – Philippines

Les Philippines, c’était comme une parenthèse dans notre tour du monde. On s’était toujours dit que ce serait nos vacances dans notre programme de découverte. On rigole souvent quand on voit des tourdumondistes qui parlent de vacances parce qu’on se rend compte que nous, on se considère comme des voyageurs, pas des touristes, ni des vacanciers. Découvrir le monde, c’est un boulot à plein temps pour deux hyperactifs, et les Philippines, c’était la promesse de plages de sable blanc, d’eaux turquoises et de farniente. Alors forcément, c’est ce qu’on a cherché et pour une fois, nos tranches de vie seront moins orientées sur la découverte culturelle de ce pays, mais plutôt sur les quelques anecdotes qui ont jalonné notre route ou plutôt notre navigation dans l’archipel aux 7000 îles.

· RENCONTRE AVEC UNE STAR

La circulation à Manille étant telle et n’ayant pas encore de carte SIM locale nous permettant d’utiliser Uber (et oui, Uber est partout, même à Manille), nous avons dû avoir recours à un taxi pour aller d’Intramuros (la vieille ville ou centre historique) à Makati (le quartier moderne où nous résidions), c’est-à-dire pour environ 7km. Comme le prix nous semblait prohibitif par rapport à nos habitudes, mais raisonnable compte tenu du temps pour parcourir 7km à Manille (environ 2h30), nous avons accepté de partager le taxi avec un autre client. Nous montons donc dans le taxi alors qu’un déluge s’abat à l’extérieur, Mathieu à l’avant et Charlotte à l’arrière. C’est là que nous avons fait connaissance avec Vangie Labalan, petite dame de 73 ans, aussi extravertie que souriante qui s’est immédiatement présentée à nous comme une actrice célèbre des Philippines depuis plus de 40 ans ! Ravie de rencontrer un couple de français, elle nous a tenu compagnie dans ce trajet rocambolesque où après avoir bien roulé les 4 premiers kilomètres, nous avons mis presque 2h à finir les 3 derniers sous le déluge et avec un chauffeur que Mathieu devait réveiller à chaque passage au vert des feux tricolores. Nous avons appris que les chauffeurs de taxi louent les taxis par tranche de 24h et qu’ils conduisent donc pendant 24h d’affilée, notre chauffeur étant certainement à la fin de sa rotation, du moins, on l’espère, ou alors il était certainement victime de narcolepsie. Bref, cette rencontre nous a permis d’échanger sur pas mal de sujets (2h30 ça laisse un peu de temps ;)) et notamment sur la condition de la femme aux Philippines.

Il semblerait que les Philippines soient particulièrement avancées sur l’égalité homme/femmes en politique. En effet, Cory Aquino, née en 1933 et décédée en 2009 a été la première femme présidente des Philippines de … 1986 à 1992 ! (elle reçut aussi le prix Ramon Magsaysay en 1998 pour son action non violente en faveur de la démocratie et est présente sur les billets de 500 pesos Philippins), néanmoins, la précarité du statut de la femme aux Philippines est bien présente, quoi que plus subtile. Officiellement, l’archipel est un État laïque, où aucun groupe religieux ne détient le pouvoir de changer unilatéralement les lois et politiques. Cela étant dit, les factions fondamentalistes parviennent malgré tout à imposer des restrictions et exercer un certain contrôle sur les femmes, notamment quant à la question de l’avortement, du divorce ou du viol. Pour notre part, de ce que nous en avons vu, les philippines ont un caractère bien trempé et semblent ne pas se laisser marcher sur les pieds ! Avis à ces messieurs !

20170110_164856

· PEUT-ON ENCORE TESTER DE NOUVEAUX TRANSPORTS ?

Depuis 5 mois en Asie, on pouvait penser qu’on avait fait le tour des transports… Mais les Philippines nous ont réservé quelques nouveautés :

  • le tricycle : sorte de tuktuk local mais avec la charrette située à la droite de la moto tel un side car mais version 2 à 4 places, ainsi que les bagages
  • le jeepney : sorte de jeep rallongée qui est le transport collectif local où tout le monde s’amasse et qui circule partout avec de magnifiques couleurs
  • le minivan : dans le reste de l’Asie, il se veut souvent très confortable et le luxe du touriste, mais aux Philippines, il ne faut pas confondre le minivan local et le minivan touristique… Le minivan local est très abordable mais doit être rempli à ras bord. Nous avons donc eu la « chance » de vivre un minivan surchargé avec quelques personnes debout, trois personnes sur le toit, et un petit vieux édenté assis sur un pouf dans le coffre à côté de Mat qui lui avait un siège, mais dans le coffre quand même !
  • la bangka : le bateau local… et un peu bangkal comme son nom l’indique. C’est tout à fait charmant pour aller faire un petit tour de snorkeling. En revanche, quand on fait une traversée de 8h entre San Jose de Mindoro et Coron avec 80 personnes et que la veille la traversée avait été annulée à cause d’une mer trop agitée, on espère que la bangka va tenir, et on se regarde en biais quand tout d’un coup au milieu de nulle part les moteurs s’arrêtent…
  • Voyager en marche arrière en avion : une nouvelle première expérience aux Philippines, le vol en marche arrière. Non, ce n’était pas un mini-coucou mais bien un vol régulier d’une compagnie philippine où la 1ère rangée est installée dos au sens de la marche. Une sensation bizarre de devoir surveiller l’ensemble des passagers !

· JOIE DE VIVRE OU INSOUCIANCE ?

Comme dans de nombreux pays d’Asie du Sud-Est mais peut-être encore plus aux Philippines, pas question de s’énerver. Ça ne se fait pas. En toute circonstance, les Philippins affichent un sourire désarmant… Ils ont une sorte de fatalisme qui porte même un nom « bahala na », dont l’idée est que comme toute chose doit disparaître, autant en profiter et vivre sa vie dans la joie et le plaisir.

De temps en temps, on peut donc être un peu agacé par ce sourire désarmant qu’ils affichent quelle que soit la requête avec laquelle on arrive : «pardonnez-moi de vous déranger, nous avions réservé une chambre double pour 2 personnes, toutefois il n’y a qu’un seul lit, d’1,2m certes mais à deux, ça va être compliqué… » , « excusez-moi, pourriez-vous faire quelque chose pour la famille de cafards qui habitent dans nos murs ? », « pourriez-vous nous réinstaller la moustiquaire, rapport au nid de moustiques qui vit dans votre jardin ? », « est-ce qu’un petit nettoyage de la salle de bain qui ne semble pas avoir été fait depuis 3 mois pourrait être envisagé ? », « auriez-vous du papier toilette car on n’utilise toujours pas les petites douchettes spécial parties intimes ? », « et des serviettes de toilette tant qu’on y est ? propres de préférence », « auriez-vous un drap pour le lit car on aime bien en avoir un de temps en temps surtout quand on paye 6 fois plus cher qu’en Inde, on n’a pas envie de sortir nos sacs à viande » « et de l’eau ? parce que ce soir il n’y a pas d’eau, ni à la douche, ni dans le lavabo, ni dans les toilettes… ? », « est-ce-que ça vous embête si on change d’hôtel ? »… Voilà quelques brèves de coaching hôtelier que nous avons eu l’occasion de vivre, on vous rassure, pas toutes dans le même hôtel ! Et le personnel nous a toujours répondu avec diligence, un grand sourire, et plus ou moins d’efficacité… mais on ne s’est pas énervé ! Promis !

· L’ESCALA AUX PHILIPPINES

En arrivant aux Philippines, on y trouve forcément un petit air d’Espagne. Des mots espagnols par ci par là, des restants culturels, des noms de ville souvent hispanophones, et tout cela commençait à nous donner une certaine nostalgie de l’Escala, petite bourgade catalane, où nous aimons passé vacances ou week-end quand nous le pouvons…

Et comme les synchronicités existent, l’Escala est venu à nous. 1ère manifestation : une divemaster rencontrée à Pandan, tout droit venu de Catalogne et officiant dans un club de plongée de Tossa de Mar. 2ème manifestation : rencontre à Pandan toujours, avec Audrey, 34 ans, dont la famille possède une maison à Montgo (quartier de l’Escala) et partageant à peu près le même type de souvenirs d’enfance à l’Escala que Charlotte. 3ème manifestation : rencontre à Coron avec Rafel, en formation pour devenir divemaster, et qui n’est autre que le propriétaire du restau-bar l’Univers à l’Escala, l’un des plus populaire du coin ! Alors là, si on avait encore des doutes sur les synchronicités…

5 réflexions sur “Tranches de vie – Philippines

  1. Beau boulot les tourmondistes, ni voyageurs ni touristes, mon interrogation est banale, si l’on ne repasse pas par le point exact de départ , on est toujours sur le même tour du monde? Finalement, jamais je n’avais apprécié la dimension de ce que peut apporter le voyage « permanent », on y apprend la vie, la vraie vie sans fioritures, on y rencontre des gens, de vrais gens avec qui existe une relation simplement humaine, on y résout des difficultés quotidiennes, naturellement, avec des gens toujours nouveaux, au fond on est protégé des attentions serviles, des messages plus convenus que convenables, on n’a pas de temps perdu avec des personnes sans intérêt.
    L’ESCALA aux Philippines, il n’y a jamais de hasard, une simple plongée dans le vrai monde, celui du réel, de l’authentique et une simple synergie de valeurs et de convictions qui met en contact les gens qui se ressemblent et alors s’assemblent.
    Bravo mes tourmondistes, une belle réponse à ceux qui croient que voyage n’est qu’argent, le votre est d’OR.
    Grosses bises à vous deux.

    J'aime

    1. Peut-être que le tour du monde est une solution pour éviter de tourner autour de son nombril, gage de découverte et d’ouverture.
      Nous sommes ouverts à démarrer un nouveau tour du monde, mais peut être plus morcelé. En tout cas, notre billet retour nous déposera à Toulouse ce qui est notre point de départ 😉 On y retournera sûrement changé, certainement enrichi et concernant Mathieu également plus léger.
      La liberté de notre voyage est aussi de choisir nos compagnons de route mais on a aussi souvent le sentiment que la vie se charge de mettre sur notre route les « bonnes » personnes et nous profitons autant que possible de ces belles rencontres.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s