Mythes cambodgiens

Une petite sélection des quelques mythes qui ont retenu notre attention, dont le retour du mythe hindou du barattage de la mer de lait, avec illustration et surtout conteur extraordinaire lors de notre visite d’Angkor. Et oui, le Cambodge avant d’être bouddhiste était hindouiste. Cela date du Ier siècle, avec l’installation de comptoirs commerciaux sur la côte sud, qui constituaient des escales importantes pour les navires marchands qui circulaient entre le golfe du Bengale et la Chine.

· MYTHE DE LA CREATION – BARATTAGE DE LA MER DE LAIT

Si vous avez été attentifs à l’Inde, vous pouvez tout sauter, et sinon, voici l’heure du rattrapage et surtout quelques photos puisque nous avons trouvé de magnifiques illustrations de ce mythe à Angkor. Comme quoi, il fallait attendre le Cambodge pour avoir des photos de ce mythe.

Au début des temps, les dieux et les démons étaient en lutte pour la maîtrise du monde. Les dieux, affaiblis et vaincus, demandèrent de l’aide à Vishnou. Il leur proposa d’unir leurs forces à celles des démons, dans le but d’extraire le nectar d’immortalité de la mer de lait.

Pour ce faire, ils devaient jeter des herbes magiques dans la mer, renverser le mont Mandara de façon à poser son sommet sur la carapace de la tortue Akûpâra, et utiliser le serpent Vâsuki, le roi des Nâgas, pour mettre la montagne en rotation. Ce procédé suggéré par Vishnou est appelé le barattage de la mer de lait : démons et dieux placés de chaque côté du Naga (telle une corde) pour mettre la montagne en rotation.

Si vous n’avez pas tout compris, ne vous inquiétez pas, eux aussi ont mis du temps ! Il fallut mille ans pour que le barattage produise enfin ses effets, c’est-à-dire qu’apparurent un certain nombre d’objets extraordinaires et d’êtres merveilleux :

  • Kâlakûta ou Hâla-Hala, un poison violent que Shiva but avant qu’il ne se répande et détruise le monde. Il en conservera une marque bleue à la gorge ;
  • Surabhî, la vache d’abondance, source perpétuelle de lait et de beurre, qui satisfait tous les besoins ;
  • Vârunî, la déesse du vin, roulant des yeux ;
  • Pârijâta, l’arbre du paradis parfumant le monde de la fragrance de ses fleurs ;
  • Chandra, la lune dont Shiva para sa chevelure ;
  • Uchaishravas, le cheval blanc, l’ancêtre de tous les chevaux, dont les sept bouches symbolisent les sept couleurs de l’arc-en-ciel ;
  • Airâvata, l’éléphant blanc qui devint la monture d’Indra ;
  • les Apsarâs ou nymphes célestes ;
  • Shrî (Lakshmî), la déesse de la beauté et de la fortune, assise sur un lotus ;
  • Kaustubha, la conscience sans défaut, le joyau qui orna ensuite la poitrine de Vishnu, et de son avatar Krishna ;
  • et enfin Dhanvantari, le médecin des dieux, tenant dans ses mains une coupe, contenant le précieux nectar d’immortalité.

Aussitôt qu’ils virent ce dernier, les démons se jetèrent sur la coupe, avant que les dieux n’aient le temps d’intervenir. Vishnou prit alors la forme de Mohini, la femme la plus belle au monde, et tandis que les démons étaient subjugués par sa beauté, il (elle) s’empara de la coupe et la remit aux dieux.

Rendus maintenant immortels, les dieux ne pouvaient plus être vaincus et ils précipitèrent les démons aux enfers. Cependant, au cours de cette dernière lutte, quelques gouttes de nectar tombèrent en quatre endroits de l’Inde: dans le fleuve Godavari à Nasik, dans la Shipra à Ujjain, et dans le Gange à Haridwar et à Prayag ou Allâhâbâd. Ces quatre villes, bénies par le nectar devinrent des lieux majeurs de pèlerinage.

· MYTHE DES ORIGINES : KAUNDINYA ET LA PRINCESSE NAGA

dscn8232
Naga

Le Cambodge naquit, selon la légende, de l’union d’une princesse et d’un étranger, un indien brahmane nommé Kaundinya, qui devint par la suite Kambu. La princesse était la fille d’un naga, le serpent mythique, qui régnait sur une terre recouverte par les eaux. Un jour, alors que Kaundinya naviguait à proximité, la princesse vint à sa rencontre à bord d’une barque. Kaundinya tira une flèche de son arc magique (en ces temps, on se promenait toujours avec son arc magique) dans le bateau de la princesse qui, effrayée, accepta de l’épouser. Pour constituer la dot de sa fille, le roi Naga but les eaux qui recouvraient son pays et offrit cette terre juste asséchée à Kaundinya. Le nouveau royaume fut appelé Kambuja, qui signifie « ceux qui sont nés de Kambu » et donnèrent aujourd’hui le Cambodge.

 

· REAMKER, RAMKER OU RAMAKERTI

Il semble bien que chaque pays d’Asie du Sud-Est se soit réapproprié le Ramayana. Au Cambodge, le Ramker (Ramayana Khmer) fait partie intégrante de la littérature, mais aussi de la danse, du théâtre et de la sculpture. On en trouve de magnifiques peintures au Palais Royal, et de superbes bas-reliefs à Angkor Wat notamment.

Quant à vous dire, en quoi le Ramker diffère du Ramayana, on se contentera de vous dire ce qu’on en a compris, mais on ne doute pas qu’il y ait de nombreuses autres subtilités… La principale semble que Preah Ream, incarnation du dieu Vishnu, a cependant des caractéristiques de mortel au Cambodge, et fait preuve de forces comme de faiblesses, comme nous, humbles mortels !

· LINGAM & YONI

dscn8865
Lingam et Yoni réunis

Ce sont des symboles religieux très courants. En version très simpliste, le lingam représente l’énergie masculine et Shiva, tandis que le yoni incarne, lui l’énergie féminine et Parvati.

Réunis ensemble, ils figurent lumière et obscurité, passif et actif, masculin et féminin, la totalité de l’existence.

Nous les avions toujours vus séparés en Inde, mais il a fallu arriver à Angkor, pour Angkor trouver une nouvelle pièce du puzzle hindouiste.

·      CHERCHER L’ERREUR

dscn8384

Au détour d’un bas-relief, perdu au milieu des fromagers et des magnifiques sculptures, seul le découvreur attentif ne passera pas à côté de cet étrange animal : un porc-épic ? Non, c’est bien un tricératops !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s