Agra, entre Taj Mahal et Fatehpur Sikri

Direction Agra, et nouvelle occasion de tester le train mais de jour cette fois-ci. Changement de classe pour s’adapter au pays et gérer notre budget : sélection de la classe « Sleepers ».  En gros, c’est comme la 3AC mais sans air conditionné, avec un peu plus de monde, des banquettes légèrement plus dures et une sensation d’avoir moins d’intimité… Mais cela nous a donné l’occasion d’observer la campagne indienne.

L’arrivée à Agra a montré son lot de rabatteurs et d’agitation, mais notre hôtel était plutôt au calme. Un vrai luxe en Inde. Après moult tergiversations, nous avons opté pour aller à Fatehpur Sikri le 1er jour et se réserver le Taj Mahal pour le lendemain, histoire de dormir un peu car la billetterie du Taj Mahal ouvre à 5h56 (réglé 30 min avant l’ouverture, qui se fait au lever du soleil soit 6h26 le jour en question).

dscn5554

Afin de profiter quand même de la proximité du Taj Mahal, nous avons fait un super petit-déjeuner sur l’un des nombreux rooftop (toit terrasse) qui surplombe la ville et le Taj, avant de prendre la direction de Fatehpur Sikri.

 

·      FATEHPUR SIKRI

Aussi incroyable que cela puisse paraître, cette ville de 29 000 habitants fut la capitale de l’Empire moghol aux XVIème siècle. Une lubie de l’Empereur Akbar. En effet, après la naissance de son héritier qui lui avait été prédit par un éminent saint soufi à Sikri, il décida d’y faire construire sa capitale avec un magnifique ensemble palatial, incluant une splendide mosquée, et trois palais pour ses trois épouses favorites : une hindoue, une musulmane, une chrétienne.

Le site, classé au Patrimoine mondial de l’Humanité, est extraordinaire. On y trouve un mélange d’architecture hindoue et musulmane, et nous avons commencé à réaliser l’importance de l’influence perse ou d’Asie centrale au Rajasthan. Tout est finement ouvragé avec ce typique savoir-faire oriental, les jardins sont extrêmement reposant, les formes géométriques calment l’esprit, et l’on ne peut que contempler la beauté des monuments successifs ainsi que l’ingéniosité de l’architecture pour la ventilation, l’écoulement des eaux, ou le chauffage du hammam. La mosquée est tout aussi impressionnante et majestueuse et abrite notamment le tombeau du saint soufi (qui avait fait la prédiction) dans un sublime palais blanc tout en marbre.

En revanche, nous avons subi les désagréments de ce type de site qui ne vit presque plus que par le tourisme. C’est le 1er site où nous avons autant été sollicité par des guides, des faux-guides, des marchands en tout genre, des conducteurs de tuk-tuk et des enfants. Dire non et tenir bon a été notre ligne de conduite, mais cela pompe une énergie énorme, et malgré beaucoup d’efforts pour faire abstraction, nous avons fini la journée sur les rotules. Nous avons été nous ressourcer autour d’un dîner dans un paisible jardin à côté du Taj Mahal et reprendre des forces pour le réveil matinal.

 

  • AGRA

TAJ MAHAL

Soyons très clairs : on a beau savoir que le Taj Mahal est censé être l’un des plus beaux monuments du monde, avoir vu de nombreuses photos, et avoir entendu tellement de gens s’extasier sur sa beauté, on ne peut pas être déçu par le Taj. En tout cas, on ne l’a pas été !

Hormis un minaret encore en réfection, nous avons pu profiter de sa blancheur originelle, puisque le bâtiment a subi un grand chantier de blanchiment depuis 2002, grâce à une recette indienne que les femmes utilisent pour leur teint : un mélange de terre, de céréales, de lait et de citron vert !

Encore une fois, c’est une histoire d’émotions et de ressenti, et donc difficile à transcrire. Nous nous sommes sentis privilégiés d’être sur ces lieux, et transportés par la magie de l’aurore qui donne à l’endroit un côté mystérieux et envoutant. Voir le soleil se lever sur le Taj Mahal dans cette ambiance légèrement embrumée met le temps en suspens et amène à la contemplation. Penser que l’Empereur Shah Jahan a fait construire ce mausolée pour son épouse bien-aimée (la 3ème, Mumtaz Mahal) morte après avoir accouché de son 14ème enfant, est tout simplement stupéfiant. L’amour de cet homme a amené à faire travailler plus de 20 000 ouvriers venus d’Inde et d’Asie centrale pour concevoir les délicats treillis de marbre et les panneaux de pietra dura incrustés de pierres semi-précieuses pendant plus de 20 ans pour l’ultime demeure de son épouse. Il y fut enterré lui aussi à sa mort.

 

FORT D’AGRA

Deux hommes clés à l’origine du fort d’Agra : l’Empereur Akbar (encore lui, le même que celui de Fatehpur Sikri), et ensuite agrandi par… Shah Jahan (encore lui aussi, l’instigateur du Taj Mahal), petit-fils d’Akbar. Comme quoi, ils avaient de sacrées idées dans la famille. Le grand-père avait commencé la citadelle en grès rouge, d’où son nom de Fort Rouge. Un petit moment de nostalgie pour Mathieu pensant au grès rose des Vosges. Quant au petit-fils, il a continué avec son matériau de prédilection le marbre blanc.

Comme à Fatehpur Sikri, on retrouve les influences indiennes et d’Asie centrale, rappelant les racines culturelles afghanes des moghols, le même type d’agencement du Palais, mais avec une taille encore plus importante. On trouve dans le Fort une véritable ville dans la ville, et on se sent plonger aux temps des Mille et une Nuit. Une splendeur.

ITIMAD UD-DAULAH

En fait, à Agra, la rivière principale la Yamuna est bordée de mausolées. Le plus connu étant le Taj Mahal, mais on y trouve aussi l’Itimad Ud-Daulah (bonne chance pour la prononciation), qui est surnommé le Baby Taj. Ne pensez pas que c’est une modeste copie en plus petit, il lui est, en fait, antérieur. Il a été dédié au grand-père de Mumtaz Mahal (fameuse épouse chérie de Shah Jahan enterrée au Taj Mahal), grand vizir de son état pour l’Empereur Jahangir (on en a pas encore parlé de celui-là, mais ça va venir…). Plus petit, mais vraiment magnifique !

CHINI-KA-RAUZA

Clairement celui-là, il est plus difficile à trouver, caché au bout d’une piste bordée d’arbres. Un petit havre de paix insolite, avec ses lopins de terre bien entretenus où poussent fruits et légumes, en lisière d’un quartier très très modeste… L’un des innombrables contrastes de l’Inde.

Deux hommes nous y attendent. L’un pour nous couvrir les chaussures avec les protections récupérées du Taj Mahal, et l’autre s’improvisant guide, tout cela bien sûr pour obtenir une petite contribution de ces généreux français !

Ce mausolée a été construit pour le poète et ministre en chef de Shah Jahan (c’est pour voir si vous suivez… le Taj Mahal, c’est lui). Il est surtout intéressant pour les vestiges de faïence bleue sur ses murs qui donnent une idée de la beauté qu’il devait avoir.

MEHTAB BAGH

L’arnaque la plus incroyable d’Agra. En effet, pour la modique somme de 250R par personne (soit 4€, mais pour l’Inde, c’est beaucoup), il est possible d’entrer dans un parc dont le seul intérêt est d’avoir une jolie vue sur le Taj Mahal. Des milliers de touristes s’acquittent donc de ce droit d’entrée au lever du jour pour prendre quelques jolis clichés du Taj Mahal de l’autre côté de la rive. Nous vous confions donc le bon plan ! Ne pas entrer dans le parc mais le longer jusqu’à la rive, et prendre quelques magnifiques photos gratuitement. C’est cadeau !

dscn5775

Agra était notre dernière étape avant notre entrée réelle dans le Rajasthan. Nous en sommes partis émerveillés et éreintés. Les premiers contrastes de l’Inde…

Une réflexion sur “Agra, entre Taj Mahal et Fatehpur Sikri

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s