Mythes népalais

Pour introduire cet article sur les mythes au Népal, nous voulions commencer par une citation d’une journaliste népalaise Manjushree Thapa qui résume assez bien la tradition orale népalaise et la relation à la vérité historique : « Nous avons perdu la vérité, nous avons perdu notre histoire. Nous en sommes réduits à raconter des anecdotes et des récits, à nous contenter d’un mythe ».

Et côté mythe, il faut dire qu’il y a de la matière.

·      LE YETI : MYTHE OU REALITE ?

L’origine du mythe sur le yéti n’est pas connue tellement elle est lointaine. Mais il est certain que le yéti a toujours fait partie des légendes et des croyances des peuples de l’Himalaya (Tibet, Népal, Inde, Chine et même Asie du sud-est). Dans le nord-est du Népal, Yéti se traduit par créature magique, Migou par homme sauvage, ou Gang-Mi par homme des glaciers. Tous les sherpas des montagnes en ont entendu parler, certains l’ont même aperçu. Selon eux, le yéti pourrait tuer un yak d’un seul coup de poing. On trouve sa première citation dans les manuscrits du Ramayana, aux alentours de notre an 0, mais recopiant des textes datant minimum de 2000 ans av JC.

L’un des 1ers témoignages visuels récents date de 1832. Puis en 1921, le colonel Howard Bury alpiniste renommé, photographia sur les flancs du mont Everest la 1ère découverte des empreintes identifiées d’un yéti.

En 1970, Don Whillans, lors d’une expédition sur la face sud de l’Annapurna, découvre lui aussi de nombreuses traces de yéti. En balayant la région de ses jumelles, il put même observer, stupéfait, une créature humanoïde, de grande taille, recouverte d’une fourrure sombre, escaladant une paroi, marchant sur une corniche et disparaître dans une forêt pendant plus de trente minutes.

·      LE MYTHE DES ORIGINES

Le mythe des origines au Népal se perd dans les mythes hindous. Mais celui qui reste le plus vivant et le plus raconté est celui de la création de Kathmandu.

La vallée contenait à l’époque un lac, appelé Nagadaha. Un sage, appelé Bipaswi Bouddha, arriva le jour de la pleine lune et sema une graine de lotus au milieu du lac suite à une inspiration divine. Après six mois, un jour de pleine lune également, une fleur de lotus apparut en même temps que l’image de Swayambhu (flamme éternelle) à travers les rayons du soleil.

Manjusri Boddhisattva eut alors une vision de lotus et vint de Chine pour adorer la flamme rougeoyante de Swayambhu. Manjusri ouvrit un passage à Chovar de son épée. L’eau du lac fut drainée, quittant la vallée. Le lotus fut transformé en une colline. Une belle vallée fertile apparut, où ses disciples d’installèrent.

·      NARSINGA ou comment la ruse de Vishnu terrassa le démon ?

Narsinga est l’un des nombreuses représentations de Vishnu, cette fois sous la forme d’un homme-lion, généralement en train d’éviscérer le démon Hiryanyakashipu. Nous avons retenu ce personnage car il émane d’une légende, digne d’un mythe, du Bhagavata Purana (cf article – Quelques mots sur l’hindouisme).

dscn4954Grâce à un marché conclu avec Brahma, le démon Hiryanyakhashipu possédait des pouvoirs spéciaux : il ne pouvait être tué ni par un homme, ni par une bête, ni à l’intérieur, ni à l’extérieur, ni sur terre, ni dans l’air, ni de jour, ni de nuit, ni par aucune arme.

Vishnu contourna tous ces obstacles en prenant la forme d’un homme-lion (ni un homme, ni une bête), et en tuant le démon à l’aide de ses ongles (pas une arme), au crépuscule (ni de jour, ni de nuit), sur ses genoux (ni sur terre, ni dans l’air), sur le seuil de sa maison (ni à l’intérieur, ni à l’extérieur).

Trop fort ce Vishnu !

·      GANESH – un dieu à tête d’éléphant

dscn5158Parmi le vaste panthéon hindou, nous avons une affection particulière pour Ganesh, ce dieu à tête d’éléphant, patron de la Prospérité et de la Sagesse, d’abord parce que Charlotte adore les éléphants, ensuite en raison de son histoire… mythique !

Les histoires sont parfois racontées différemment, nous avons choisi notre version préférée. Ganesh est le fils de Shiva et Parvati. Shiva, de retour d’un long voyage, trouva Parvati dans son lit avec un autre homme. Ne réalisant pas que l’homme en question pourrait être son fils, qui avait grandi, il lui trancha aussi sec la tête. Parvati, folle de rage, lui intima l’ordre de rendre vie à leur fils, en lui donnant la tête du premier être vivant qu’il croiserait… ce fut un éléphant !

 

2 réflexions sur “Mythes népalais

  1. Montréjaud-Vignoles Mireille

    Hier soir, je venais de lire le blog et, à la télé, il y avait un film que j’ai beaucoup aimé: Dheepan. Dheepan est un sri-lankais qui va au temple, avec la v(ou le?) tika et qui prie (ou médite) devant le Dieu Ganesh!!!!
    Merci pour cette histoire qui m’a fait sentir super « dans le coup »!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s