Luoyang – Entre bouddhas et moines shaolin

Nous avons quitté Xi’an pour Luoyang sans regret, mais notre arrivée fut cependant un peu rock’n’roll. Arrivée tardive, sans avoir eu d’indications de notre auberge de jeunesse… Nous avons donc hélé une chinoise pour lui montrer notre adresse en chinois, et suite à une négociation âpre avec un chauffeur de taxi, elle nous a proposé de partager un taxi. C’était donc notre 1er taxi en Chine, puisque nous n’avions utilisé jusque-là que les transports en commun !

Après notre auberge « bunker » de Xi’an, nous avons été ravis de trouver une chambre propre, confortable et la lumière du soleil… on finit par se réjouir de peu. Nos hôtes étaient charmants et nous ont donné de nombreuses informations pour nous rendre sur les deux sites que nous souhaitions absolument découvrir autour de Luoyang : les grottes aux 100 000 bouddhas de Longmen, et le 1er temple Shaolin de Chine.

·      LES GROTTES AUX 100 000 BOUDDHAS – LONGMEN

Encore une fois, nous avons été les seuls touristes « étrangers » à nous rendre sur ce site en bus. On ne vous cache pas que ce n’est pas non plus d’une simplicité absolue… Recherche d’un distributeur automatique, puis des arrêts, des correspondances, s’assurer d’avoir de la monnaie (1 yuan / personne), savoir si on est dans le bon sens, mimer l’arrêt aux chauffeurs car nous ne sommes toujours pas capables de déchiffrer les pictogrammes… Cela fait partie aussi de l’aventure, et le fait d’avoir le temps nous permet de nous livrer sans stress à ce mode de voyage.

C’est donc après pas mal de temps, mais avec une certaine fierté, que nous sommes arrivés aux grottes de Longmen. Nous avons découvert avec émerveillement ce site qui a été entrepris dès 494, lors du déplacement de la capitale à Luoyang. Les dynasties successives ont continué, jusqu’au Xème siècle, cet ouvrage, qui s’étend sur plus de 1km sur les falaises longeant le fleuve Yi.

Imaginez plus de 100 000 bouddhas taillés le long de la falaise dans de multiples grottes : bouddhas de toute taille, en tout nombre, bouddhas du passé, du futur, du présent, boddhisattvas, et autres représentations de bouddhas, mais aussi des gardiens, des protecteurs et des disciples, avec quelques statues particulièrement bien conservées… La quantité, la taille, la finesse des traits, les pigments encore présents par endroit, tout impressionne !

Même si de nombreuses statues ont été abîmées, soit pour récupérer les têtes de bouddhas pour quelques musées occidentaux, soit lors de périodes anti-bouddhiques, il se dégage de cet ensemble une énergie incroyable et une véritable sérénité. Nous avons pris énormément de plaisir à nous émerveiller grotte après grotte devant les bouddhas, et aussi tout simplement à se promener dans la nature, après la transition abrupte entre la nature mongole et l’urbanisation chinoise.

 

·      LE TEMPLE SHAOLIN – DENGFENG

La construction de ce temple aurait été entreprise dans les années 500. Il se situe sur un magnifique site, propice aux randonnées, mais aussi à la méditation et à la pratique du zen.

Aujourd’hui ce site Shaolin contient notamment un centre d’entrainement extrêmement réputé qui a été fondé en 1978 par Maître Liu Baoshan, un maître en arts martiaux qui a remporté de nombreux titres et a atteint le 9ème et dernier degré de maîtrise. Plus de 35 000 étudiants viennent y suivre un enseignement, qui peut se faire dès l’équivalent de notre école primaire et jusqu’à la fin du secondaire. Des athlètes étrangers viennent également s’y former. De grands champions et de grands maîtres en sont issus.

Pour notre part, novices en la matière, nous avons à la fois apprécié le site perdu au milieu des montagnes, mais aussi le spectacle des élèves en train de s’entraîner, et des plus confirmés qui proposaient quelques démonstrations de leur art. En effet, nous avons eu l’occasion de voir réaliser par des élèves de l’école les tours que nous voyons en général effectués par des experts dans nos shows télévisés ou dans certains grands cirques : brique brisée sur la tête, lances tranchantes appuyées sur la gorge et repliées à la force de la gorge, jet d’un clou au travers d’une vitre qui perce un ballon positionné après la vitre.

  • Wushu ou Gongfu (Kung-Fu) ?

Dans le temple shaolin, nous avons entendu parler à la fois de Wushu et de Gongfu. Nous ne prétendons pas avoir bien cerné les subtilités car les deux pratiques ont beaucoup de points communs mais le Wushu serait plus lié à des démonstrations athlétiques et aux arts martiaux, alors que le Gongfu serait plus ésotérique et plus lié à un développement intérieur… Si des fans d’arts martiaux nous lisent, n’hésitez pas à compléter !

2 réflexions sur “Luoyang – Entre bouddhas et moines shaolin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s